Jury du livre

Le jury

festival-rdv-aventure-2016-Bernard-Roux

Bernard Roux

Ancien patron de presse, il a notamment été directeur général du Courrier Picard, PDG de Télérama, Administrateur de l’Agence France Presse et de FR3.

festival-rdv-aventure-2016-Stephane-Dugast

Stéphane Dugast

Ecrivain, grand reporter et réalisateur de documentaires, il est notamment co-auteur de la première biographie de Paul-Emile Victor, ainsi que secrétaire général de la Société des explorateurs français.

festival-rdv-aventure-2016-Aude-Seigne

Aude Seigne

Grande voyageuse et auteure reconnue, elle a notamment reçu le prestigieux Prix Nicolas Bouvier en 2011 aux Festival Etonnants-Voyageurs de Saint-Malô.

festival-rdv-aventure-2016-Catherine-Domain

Catherine Domain

Fondatrice de la librairie Ulysse sur l’Ile Saint Louis à Paris (4ème), première librairie du monde à se consacrer totalement au voyage, elle est aussi l’instigatrice du Prix Pierre Loti.

 

LE PRIX DU GRAND TÉTRAS DU LIVRE D’AVENTURE

prix-du-livre-festival-RDV-aventure
A l’issue du Festival le jury remettra le Prix du Grand Tétras du Livre d’Aventure doté
de 500 Euros par La Fabrique de l’Aventure et d’équipements Schoffel et Julbo d’une valeur de 500 Euros.

LES LIVRES EN COMPÉTITION

Sélection en compétition pour le Grand Tétras du livre d’Aventure

71DSN-affiche_web71 ° et autres faits d’hivers – Itinérance solitaire d’une femme en Laponie, Nathalie Courtet, édition Géorama, 2015
Je m’appelle Nathalie. Je chausse mes skis à Ivalo, en Finlande. Je charge ma pulka et j’accueille, avec une volupté grimaçante, sur mes épaules et au creux de mes reins, ses 71 kg de chargement. Toute ma vie tient là-dedans pour les deux mois et demi à venir. J’y mets aussi, je le sais bien, mes doutes et mes espoirs. Cette aventure, c’est aussi la solitude, les angoisses et les euphories, les détails d’une nature ensevelie sous la neige, en léthargie, où le moindre sursaut s’apparente à une effervescence. J’espère démystifier l’idée que cette nature n’est qu’hostile. Je veux, sans doute aussi, montrer qu’avec une préparation méticuleuse, beaucoup de projets qui paraissent inaccessibles deviennent réalisables. Que l’anonyme que je suis peut atteindre le cap Nord, puis redescendre en partie le long de la colonne vertébrale scandinave, en autonomie, avant le printemps et la fonte. 71 kilos. 71 jours. 71° nord. Et plus de 1 200 kilomètres de glace et de neige…
Couverture_livre_pyongyangOn a marché dans Pyongyang, Abel Meiers, éditions Gingko, 2015
Bienvenue en République populaire démocratique de Corée. La plus étrange des destinations, l’état le plus isolé au monde. Pendant une année, notre famille a été domiciliée au compound diplomatique, Munsundong, Taedonggang district, à Pyongyang. Nous avons pu soulever un coin du rideau, nous glisser dans le décor, et nous vous proposons de nous suivre dans cette exploration surréaliste et souvent drôle. Libres de conduire et de circuler seuls dans la capitale la plus mystérieuse du monde, nous rapportons dans nos textes des moments forgés par un choc culturel de puissance 12 sur l’échelle de l’absurde. Une banale partie de tennis, l’achat de nouilles, une réunion de travail, un cours d’anglais, une simple conversation… Tout prête là-bas à rire ou à désespérer. Notre petite histoire s’est également frottée à la grande, quand Kim Jong-il est mort, plongeant le pays dans un deuil «terrible».Nous vous embarquons pour une traversée du miroir, au son des chants de soldats ouvriers, des mégaphones grésillants et des roues des trottinettes de Colin et Maxime, nos enfants, sur les pavés de Pyongyang.
couverture tous les lointains son bleuTous les Lointains sont bleus, Daniel Deroulet, éditions Phébu, 2015
Pendant quarante ans, l’auteur a noté pour lui-même le récit de ses pérégrinations dans le simple but de ne pas les oublier.Sur tous les continents, au fil de voyages d’affaires ou d’agrément, en des endroits chargés d’histoire, au gré de rencontres, à Buchenwald, dans la Kolyma, au Nicaragua ou à Okinawa, il promène un regard doux-amer, une vision inconsolable mais gaie.D’une plume vive et intelligente, cette trentaine de chroniques rendent compte d’une rumeur du monde qui se moque de la mondialisation. Elles racontent comment, à travers les voyages, les pensées vagabondent et la réflexion se forme. Un sentiment nouveau naît quand les lointains se rapprochent.
Couverture-6-minutes-23-F-Suchel-236x3006 minutes 23 séparent l’enfer du paradis, François Suchel, éditions Paulsen, 2016
C’était il y a un peu plus de cent ans. Clément Ader faisait décoller son premier « Appareil Volant Imitant l’Oiseau Naturel », ouvrant ainsi la voie aux aventuriers du ciel. Les pionniers écrivirent la légende, puis vint le temps de la démocratisation : le ciel ouvert à tous. Aujourd’hui, voyager en avion est devenu banal. Mais c’est aussi un métier… un métier qui intrigue. Commandant de bord à Air France, François Suchel nous invite à parcourir la Terre à ses côtés pour comprendre ce qu’est la vie de pilote. De la préparation des vols au bonheur de traverser les nuages, en passant par les ambiances du cockpit, il confie ses sensations, ses émotions. Il évoque Georges, cet amical ennemi qu’est le pilote automatique. Il décrit un déroutement dans un pays en guerre, un vol de reconduits à la frontière qui tourne mal, un steward appelé aux commandes d’un Boeing 747, une fin de grossesse rocambolesque, un atterrissage périlleux avec un moteur en panne. Tous ces grains de sable qui transforment parfois un vol en aventure. Il revient aussi sur la catastrophe du Rio-Paris, révélant pour la première fois la version d’un pilote de ligne qualifié sur Airbus A330. Histoires vécues, anecdotes drôles ou graves, François Suchel nous fait rêver ou frissonner, ne nous laissant jamais indifférents.